Nouveautés et articles

Nouvelles évaluations d’espèces canadiennes à risque

À la fin avril, le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada (COSEPAC) s’est réuni à Winnipeg pour évaluer l’état de nombreuses espèces de la faune à travers le pays. Le statut de trois espèces d’oiseaux a alors été examiné. Les conclusions quant au statut de deux d’entre-elles ne surprendront probablement que peu d’observateurs, mais beaucoup seront consternés d’apprendre l’ampleur du déclin de l’Hirondelle de rivage au Canada.

Hirondelle de rivage

Cette espèce très répandue a connu un grave déclin à long terme de l’ordre de 98% de la population canadienne au cours des 40 dernières années. Comme beaucoup d’autres insectivores aériens, la baisse se poursuit, mais à un rythme plus lent depuis les années 1980. Les données du Relevé des oiseaux de reproduction de 2001 à 2011 indiquent une perte de 31% de la population au cours de cette période. Les raisons de ces baisses ne sont pas bien comprises, mais sont probablement un effet combiné de plusieurs menaces. Cela inclut notamment la perte des habitats de reproduction et d’alimentation, la destruction des nids dus aux opérations dans les carrières de sable, les collisions avec des véhicules, l’utilisation courante de pesticides réduisant l’abondance des proies, et les impacts du changement climatique sur la survie ou le potentiel reproducteur.

Colin de Virginie

La population de cet oiseau des prairies a diminué considérablement par rapport aux niveaux historiques suite à la perte d’habitat et ne montre toujours aucun signe de reprise. Il ne subsiste qu’une seule petite population viable au Canada, situé sur l’île Walpole, en Ontario. La présence de nombreux oiseaux d’élevage relâchés en nature complique non seulement l’évaluation du statut de cette espèce, mais pose également une menace  à la composition génétique de la population indigène.

Autour des palombes de la sous-espèce laingi

Plus de la moitié de la population mondiale de cette sous-espèce se trouve sur les côtes de la Colombie-Britannique, où elle privilégie les forêts de conifères matures. Cet oiseau non migrateur requière un large territoire riche en nourriture. Malgré les récents efforts de protection des habitats, on continue de prévoir une diminution de leur superficie, notamment à cause de courtes périodes de rotation dans l’exploitation des forêts. Les populations sur l’archipel Haida Gwaii demeurent très faibles et sont également menacées par les hautes densités des populations introduites de cerfs qui amènent une diminution de la couverture végétale en forêt.

Une version détaillée des évaluations du COSEPAC pour ces trois espèces est disponible sur le site des Évaluations des espèces sauvages du COSEPAC, avril 2013.

Normal
0

false
false
false

EN-US
X-NONE
X-NONE

MicrosoftInternetExplorer4

Hirondelle de rivage Photo: Ron Kingswood       

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Table Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-priority:99;
mso-style-qformat:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0in 5.4pt 0in 5.4pt;
mso-para-margin-top:0in;
mso-para-margin-right:0in;
mso-para-margin-bottom:10.0pt;
mso-para-margin-left:0in;
line-height:115%;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:11.0pt;
font-family: »Calibri », »sans-serif »;
mso-ascii-font-family:Calibri;
mso-ascii-theme-font:minor-latin;
mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;
mso-fareast-theme-font:minor-fareast;
mso-hansi-font-family:Calibri;
mso-hansi-theme-font:minor-latin;}